Pour la liberté et la promotion de l'athéisme, pour la sauvegarde de la raison contre les superstitions
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Le Roy est mort, vive sa tête!

Aller en bas 
AuteurMessage
quinlan_vos
Admin
quinlan_vos

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 37
Localisation : FRANCE

Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitimeMer 20 Jan - 10:53

Petit récapitulatif historique, pour ceux qui n'étaient pas là à l'époque.

Nous sommes en l'an 1793, le 21 Janvier. A Paris, place de la Révolution (ancienne place Louis XV).
Louis XVI, c'est-à-dire Louis Auguste de France est roi de son état, et condamné pour trahison par les Révolutionnaires en attribut. Inutile de dire que son état se dégrade d'heure en heure.
Il est marié, le monarque, à Marie-Antoinette. Les prénoms ridicules sont légions à l'époque, ne vous étonnez pas. La Marie-Antoinette, donc, est un peu dans le même état que lui, c'est-à-dire changeant. Pour information, elle n'était pas réellement la petite amie de Spiderman et ne portait pas réellement de baskets roses. Je sais, ça m'a foutu un coup, à moi aussi.
Louis XVI est le petit fils de Louis XV (son père n'était, donc, pas Louis XV 1/2), et est roi depuis 1774. Il avait vingt-ans à l'époque, il en a maintenant trente-neuf.
Il détestait les insectes, aussi. Son père passait son temps à lui répéter qu'il serait appelé à régner, mais il préféra Louis. C'est vrai, ça sonne mieux. (1)
Etonnament, tout va plutôt bien pour lui avant la Révolution. Il n'est pas super apprécié par le peuple, mais ce n'est pas la rue qui gouverne. Pour autant, son action est assez large. Entre 1774 et 1789 il abolit la torture (1781), il abolit le sevrage dans les domaines royaux (1779), signe l'edit de tolérance anvers les Protestants (1787), etc... Il ira même jusqu'à tenter de faire modifier le système des impôts (en les basant sur un pourcentage par rapport aux moyens des gens), ce que fera finalement Napoléon Bonaparte.
Mais voila ; les Français n'ont pas forcément une dent contre lui, mais contre le système monarchique, contre les privations, et en a ras-le-bol des brioches de la reine. Une gourdasse qui se pavane sur du Jeff Beck c'est sympa, mais ça invite vachement à la révolution, quand même (2).
Donc, en 1789, c'est lui qui se trouve là quand le peuple exprime sa colère. Comme un ancêtre de Nixon et de Raffarin mêlés, le couple royal se retrouve prit dans la tourmente. Exit, les grandes réformes. Le coup de balai se fait maousse et, finalement, c'est la rue qui gouverne.
La Bastille est prise le 14 Juillet 1789. Coup de pot, c'est notre fête nationale, tout le monde est occupé à regarder les feux d'artifice. (3) Après une tentative de fuite, Louis et Marie-Antoinette se rendent, de leur plein gré, à paris. Nous sommes déjà le 17. Il accepte donc les conséquences de la grande journée révolutionnaire du 14. Sans pouvoir dire quoi que ce soit, il assiste à l'abolition des privilèges le 4 août. Le 26, il assiste à la signature de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Il acceptera de signer les décrets, avant d'être renvoyé de Versailles. C'est interdit de toucher au mobilier ou de s'y promener en dehors des ouvertures, et le peuple le lui rappelle.
Sans compter les heures de ménage.
Toujours en octobre 1789, la première assemblée nationale décrète que le roi et la loi sont à égalité. Le chef des Français prend donc le titre de... Roi de France. Oui, je sais, c'est bizarre, mais ils ne savaient pas encore ce qu'ils faisaient.
En réalité, le Roi n'est plus qu'un chef officiel, essentiellement dirigé par l'assemblée. Les quelques pouvoirs qui lui restent sont, comme avec l'empereur le président actuel, axés sur l'exécutif.
Au bout de deux ans ainsi, la première Constitution Française est signée, et Louis lui prête serment le 14 septembre 1791.
Pour la première fois, les choses changent réellement, et dérangent. Le roi n'est plus un monarque de droit divin, installé là par Dieu (comme le pharaon par Râ), mais uniquement le représentant du peuple Français qu'il doit, signe des temps, écouter. Les premières ébauches de ce qui se nommera par la suite "République" se dessinent, et le roi comme la reine n'apprécient pas.
Il va, pour autant, disparaître peu à peu. De plus en plus de gens trouvant le terme "République" plutôt sympatique et "in", se disent qu'un roi n'a plus rien à faire là. De nombreuses émeutes apparaissent, grossissent et, finalement, le 120 août 1792, il est déchu par l'assemblée nationale. Son patronyme passe de Seize à Capet (l'inverse de Benoît, quoi), et il se retrouve confronté à la vie civile.
Précurseur génialissime du grand Chirac de notre époque, ce retour à l'anonymat lui permet maintenant d'être jugé. Il le sera, et déclaré coupable, donc, de "conspiration contre la liberté publique et la Sûreté générale de l'Etat". Il y a 718 votant, et 707 votent coupable. A peu près la majorité, quoi. Je ne pense pas que les voix aient été recomptées, même en Floride. Un deuxième vote le condamne à mort.
De Louis XVI, il était passé à Louis Capet. Son nom évolue encore, il devient "Louis le Dernier". Fun. C'est dans ces moments qu'on se rend compte du sens de l'humour des révolutionnaires.

Louis XVI - Capet - Le Dernier est donc guillotiné (le Texas nou l'envie, la guillotine) le 21 janvier 1793. Un peu avant que sa tête ne meurt, il aurait demandé à ce qu'on invente en urgence l'Efferalgan. On le rassura : la migraine n'était que passagère. C'est sans doute parce qu'on tua le roi comme un chapon que l'emblême de la France devint le coq.
Il mourût, la greluche poudrée suivit, et la fleur de lys ne fut soudainement plus à la mode. On les enterra au cimetière de la Madeleine qui, ironie du sort, devint durant la Terreur une fosse commune d'odieuse réputation. Quand le roi est enterré avec les filles de joie, c'est que les privilèges sont réellement abolis.
Cependant, le couple fut retrouvé et, en 1815, Louis XVIII les fit exhumer et ré-enterrer (leurs os, en tout cas) à la Basilique St-Denis.

Bien que, comme je l'ai dit, la Terreur suivit l'exaltation de la Révolution, et que les grandes idées républicaines n'y survécurent pas - il y eut d'autres rois et empereurs - le "final cut" version Louis XVI reste l'un des éléments fondateurs de la France actuelle. L'impact des Lumières était important de part leurs questionnements et leurs remises en questions et, même, la mot du roi asséna un coup dur à l'Eglise ; si on pouvait tuer le roi, c'est qu'il n'était pas choisi par Dieu. Mais alors, à quoi sert Dieu?
Ainsi, beaucoup d'éléments actuels proviennent de cela. La Constitution Française, par exemple, commence par l'article premier des Droits de l'Homme et du Citoyen (qui furent eux-mêmes pompés sur la Déclaration d'Indépendance Américaine), notre drapeau ainsi que notre hymne national viennent de cette période et, même, des choses comme la laïcité y prennent leurs sources.
La Révolution, en elle-même, n'était qu'une révolte, qui ne dura pas. Mais les choses que nous en avons gardées nous définissent, aujourd'hui. Nos valeurs, Liberté, Egalité et Fraternité, en proviennent.

Pour autant, il reste encore des royalistes. Des gens en veulent à la France d'avoir raccourci leur grand roi. Fleurs de lys et autres symboles royaux fleurissent encore ici et là, parfois sur le drapeau tricolore (alors que le drapeau royal était tout blanc). Des De Villiers, luttant encore et toujours contre la laïcité, la République, leurs symboles. Etrangement, le "sentiment" religieux va de pair avec le royalisme.
Une petite pensée, donc, pour tous ces monarchistes qui, demain, chialeront à en perdre la tête dans leurs églises, parce que nous avons eu le courage de vouloir exister en tant que peuple libre et non en tant que peuple vassal d'un régent déifié.
Le roi est mort, et vive la République.

Prochaine boutade : Jeanne D'Arc a le feu aux fesses. (4)
Bonne journée à tous, et n'oubliez pas : les bénitiers sont pratiques comme urinoires...


(1) C'est le jeu de mots pourrave du jour.
(2) Ce qui me fait me demander si Jeff Beck fait partie des goûts de notre Carlita nationale...
(3) Jésus a réussi le même coup : il est né le soir de Noël.
(4) Je n'ai jamais compris, non plus, ce que ces idiots ont avec les pucelles... Sans doute un oedipe mal digéré, ou l'expression d'une impuissance "molle".
Revenir en haut Aller en bas
Achtung Minen

Achtung Minen

Messages : 11
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 45

Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Re: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitimeLun 25 Jan - 15:51

Hum... on aurait pu s'en débarrasser sans le raccourcir, puisque Jacques Clément et Ravaillac avaient déjà prouvé par le passé qu'on pouvait occire un roi (et d'ailleurs, surprise, ils finissaient tous par trépasser, occis ou non!).

Ca n'est pas vraiment la page la plus glorieuse de notre histoire. Mais bon, que cela ne nous empêche pas de rigoler!

Et pour ceux qui ne savent pas quoi lire, je recommande vivement sur ce sujet la bio de Marie Antoinette par Stefan Zweig, trèèèès bien écrite.
Revenir en haut Aller en bas
Galilaei

Galilaei

Messages : 180
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 41
Localisation : Belgique

Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Re: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitimeLun 25 Jan - 16:06

Amusant...J'aime bien ton style d'humour anachronique et l'idée de remettre à leur place ceux qui se réclament être investis par la grâce de dieu.

PS: L'a-reignée n'est pas un insecte...
Revenir en haut Aller en bas
quinlan_vos
Admin
quinlan_vos

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 37
Localisation : FRANCE

Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Re: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitimeLun 25 Jan - 17:16

Abige...
J'ai un peu zappé ce point, mais il était convenu à l'origine de laisser à Louis XVI un peu de pouvoir. Il devait originellement devenir le souverain d'une sorte de monarchie parlementaire, à l'anglaise.
Ce qui a fait qu'il s'est retrouvé condamné à mort pour trahison est sa fuite à Varennes. Cette fuite était le premier acte (et le seul, finalement) de ce qui était appelé à devenir un retour de la monarchie.
Ce n'est qu'à la suite de ça que la royauté à été abolie, et qu'il a été condamné.

Merci Galilaei.
Désolé pour l'insecte... Je ne fais pas toujours l'erreur, mais ça m'arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Achtung Minen

Achtung Minen

Messages : 11
Date d'inscription : 13/01/2010
Age : 45

Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Re: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitimeLun 25 Jan - 23:31

Oh, j'ai moi aussi de vagues notions sur cette période...

Et je trouve que Louis XVI était, d'une part pas très malin, et d'autre part honnête avec le système qui l'avait mis là et avec les devoirs qui lui avaient été conférés par le sacre. Bien plus honnête qu'un Philippe d'Orléans, par exemple. Il était la clé de voûte d'un système qui assurait un ordre, il a essayé de remplir sa charge. Et comme il n'était ni très futé ni très déterminé, il aurait suivi Mirabeau et consorts, si on ne l'avait pas secoué un peu fort. La fuite à Varennes, une haute trahison? de la part d'un homme isolé, privé de sa liberté de mouvement, incapable de comprendre ce qui se passait, inquiet pour sa sécurité? Quant à Marie-Antoinette, accusée notamment de conduite obscène, son procès est encore plus ridicule. Cet épisode est lamentable, et la quasi unanimité des votes ne le rend pas plus brillant.

En général, je pense que si monarchie et religion ont été renforcés l'un par l'autre, ils ne sont pas consubstantiels. Il y a des avantages objectifs à la monarchie, notamment celui d'assurer une gestion du pays "en bon père de famille", avec une certaine continuité stratégique, et pas systématiquement en visant les prochaines élections. Bon, je ne milite pas pour, évidemment...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le Roy est mort, vive sa tête! Empty
MessageSujet: Re: Le Roy est mort, vive sa tête!   Le Roy est mort, vive sa tête! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Roy est mort, vive sa tête!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sgen-CFDT, 13 février : "Le décret de 1950 a vécu, vive le décret 2014 !"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIBERTATHEE :: LIBERTATHEE :: Actualités-
Sauter vers: