Pour la liberté et la promotion de l'athéisme, pour la sauvegarde de la raison contre les superstitions
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mercredi 10 Juin 2009

Aller en bas 
AuteurMessage
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 36
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Mercredi 10 Juin 2009   Mer 10 Juin - 14:34

J'ai un peu zappé le forum, depuis quelques jours (problèmes personnels), et j'en suis désolé. En outre, j'ai un peu l'impression qu'il est lent, etc... Si vous avez des idées de ce que nous pourrions faire...
Enfin bref.

Une petite fiction. Nous sommes dans le futur, le 10 juin 2017.

Je suis dans mon bureau, travaillant calmement. Le café refroidit sur le bureau. Accessoirement, j'ai arrêté de fumer. La raison en estderrière moi, passant doucement la tête par la porte.
J'aime bien quand la petite Lucy, quatre ans, amène son petit minois souriant auréolé de blond jusque dans mon antre. Avec toutes ses questions, ses curiosités, et son petit rire. Je crois qu'elle aime ça, aussi.
Comme dhabitude, elle entre doucement, vient sentir l'odeur du café, écouter le son de mes doigts sur le clavier. Et elle se serre contre moi.
Et puis la première question fuse, d'un coup. Le genre de question qu'on attend depuis longtemps, mais qu'on espère, quelque part, ne jamais voir venir. Il y en a quelques unes, comme ça. Sur la mort, la sexualité... Celle-ci en fait partie :
- Dis Papa c'est qui Dieu?
Pour le première fois depuis cinq ans, je me dis qu'une cigarette serait la bienvenue. Une paquet. Une cartouche. Et une bouteille de whisky, tiens.
Comment répondre? On ne peut pas se contenter de dire "c'est des conneries, dieu est une légende", même si c'est le cas. Et quoi prendre comme exemple? Le Père Noël, à quatre ans, est sacrément présent.
En réalité je me demande depuis sa naissance comment je vais l'éduquer. Dans un monde où tout est régi par la religion, de Pâques à Noël, comment sauvergarder nos enfants? Je ne fête plus Noël depuis des années, je préfère le Solstice d'Hiver. Mais comment infliger cela des enfants qui se retoruveront face à la "banalité reigieuse" dans la cour de leurs écoles? Mis à part les exclure socialement, c'est impossible. Donc Noël est juste le jour des cadeaux, si tu es sage, ma fille.
Donc je tente une réponse :
- Dieu... Dieu c'est quelqu'un dont on ne sait pas si il existe. Il y a des gens qui y croient, et d'autres qui n'y croient pas. Ceux qui y croient pensent qu'il a tout créé ; le ciel, les nuages, les animaux, les humains... Et les autres pensent que c'est quelque chose de normal, que personne n'a eu besoin de tout créer, parce que ça s'est fait tout seul.
- Et avec Dieu, il y a le Paradis et l'Enfer. Et si je ne suis pas sage, j'irai en enfer, non?
- Non, évidemment. Tu es trop petite (passons sur les limbes, vite). Mais c'est ce que croient les gens qui croient en Dieu. Tu vois, les croyants pensent qu'il y a le bien et le mal. Que Dieu a créé Adam et Eve sur un paradis terrestre et que, comme ils ont été méchants, eh bien il les a condamnés à vivre comme on vit maintenant.
- Pourquoi y-z-ont été méchants?
- Parce qu'ils ont mangé un fruit défendu, une pomme
- Comme Blanche-Neige?
- Oui. Sauf qu'elle est juste tombée dans le coma, elle... Les croyants pensent que Dieu peut tout voir et tout faire. Que c'est grâce à lui que tout existe et tout...
- Et toi, tu crois en Dieu?
Autre question difficile. Il est évident que les enfants s'inspirent de leurs parents pour leurs croyances. Et de ma réponse pourrait découler beaucoup de choses...
- Moi non, mais ta Maman y croit. (Au vu des statistiques actuelles, on a qand même beaucoup de chances de finir avec des croyants).
-Et pourquoi tu n'y crois pas?
Aïe. Encore une fois, ça fait mal. Le bureau de tabac me semble de plus en plus un rêve. Je pourrais parfaitement lui répondre que c'est par la logique, que Dieu n'a quasiment aucune chance d'exister. Que, de toute façon, croire ne sert à rien si ce n'est à se bercer de fausses espérances et que c'est une preuve d'absence de raison... Mais ça ferait beaucoup pour son jeune âge.
- Je n'y crois pas parce que je n'en ais pas besoin, mon Ange. Pour moi, le monde est aussi beau, et même plus, si tout ce qu'on voit est juste naturel. Mais j'y ais cru. Et puis en grandissant je me suis rendu compte que beaucoup de choses avaient une autre explication. Alors que Maman aime croire en Dieu, ça la rassure, et elle se dit que, comme ça, elle sera plus heureuse.
Les questions continuent, fusent. Des questions comme "pourquoi Dieu a nvoyé Jésus pour que les méchants le tuent?", "Est-ce que Jésus a vraiment exité?", etc... Au point que je me demande dans quelle école je l'ai envoyée, finalement.
Et puis vient la dernière question, peut-être la plus troublante :
- Et moi Papa, je dois croire en Dieu?
Elle est, à ce moment, assise sur mes genoux, ses yeux brillent, et elle ne se rend pas compte de l'état de mes nerfs. J'aimerais lui répondre "non, ma chérie. Sois intelligente et rationnelle, plutôt", mais ce ne serait pas juste.
La réponse me vient, finalement,sans savoir si elle est bonne ou mauvaise.
- Tu feras selon ta conscience, Lucy. Tu vas grandir, apprendre des choses, apprendre des choses bonnes ou mauvaises, tu ne sauras pas au début. Ce sera à toi de savoir où est le réel. A toi d'expérimenter, de réfléchir, de te poser des questions. Tu chercheras dans des livres, tu trouverasdes preuves, des indices. Mais surtout, petite Ange, surtout, vois-les toujours avec ton esprit critique. Pose toi toujours des questions, et apprends toujours. Et tu sauras si Dieu n'est qu'une croyance comme les fées ou le grand méchant loup, ou une réalité. Tu sauras si Adam et Eve ont vraiment existé. Et tu pourras me poser toutes les questions que tu voudras, j'y répondrai avec plaisir.
Mais tu devras toujours chercher par toi-même.
Et puis elle se lève. En riant, comme si rien n'était jamais arrivé, elle sort du bureau, et va retrouver ses dessins-animés, ses contes pour enfants. Et je me demande comment elle évoluera.
Le lendemain, avec un paquet de Pall Mall, j'irai lui acheter la petite Bible illustrée, le petit Coran Illustré, la petite Thora illustrée, et une version pour enfants des légendes Greques, Romaines et Egyptiennes. Pour qu'elle sache.

La même date, en 2009. Aujourd'hui.
Tout cela semble loin, mais dans un monde où la croyance est profondément enracinée, j'avoue que je commence vraiment à m'inquiéter pour nos enfants, présents ou futurs. Quand, dans les écoles, on leur apprend en même temps le français, les maths, l'histoire et la vie de Jésus comment peuvent-ils faire la différence?
Quand on leur apprend nos ancêtres en même temps qu'Adam et Eve, comment peuvent-ils faire la différence?
Et quand on leur apprend le Big-Bang, les milliards d'années qui ont précédée notre vie en même temps que le six jours qu'il aurait fallu à Dieu pour créer l'univers et le monde, comment peuvent-ils faire la différence?
Ils finissent par se rendre compte que la Petite Souris n'existe pas, que le Père Noël n'existe pas. Ils laissent rejoindre les monstres qui hantes les placard le royaume des souvenirs et, adultes, ils rient de leurs croyances enfantines.
Mais comment leur dire pour Dieu, dans un monde où tant d'adultes (donc normalement fiables) leur apprennent des légendes comme des vérités?
Comment apprendre la logique aux enfants, quand d'autres essayent de baser cette logique sur des mythes?

Face à cet endoctrinement, la question reste de savoir ce que nous pourrons faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercredi 10 Juin 2009   Mer 10 Juin - 19:10

Un récit très réaliste.

Il est facile de se mettre à la place de ce père, dont je ressens l'embarras comme si je vivais moi-même la situation. Je pense que sa réaction est la meilleure, ce qui ne veut pas dire qu'elle soit pleinement satisfaisante.

Personnellement, je serais très tenté de répondre à la petite Lucy:

"Mon Coeur, Dieu est un ami imaginaire.
Il n'est pas réel, même si certaines personnes croient qu'Il existe pour de vrai.

Parce qu'on leur a menti ou parce qu'elles ont peur.

Peur de leur mort, peur de la mort de ceux qu'elles aiment;
et elles prient Dieu pour qu'Il leur donne une vie éternelle.

Mais Dieu n'est qu'un rêve, et d'ailleurs la mort n'est pas effrayante.
Tu te souviens comment c'était avant ta naissance? La mort c'est pareil.

Un sommeil tranquille, sans cauchemar, quand ta vie est terminée.

La vie a une fin, et c'est d'ailleurs pour cela qu'il faut l'aimer, la vie.
Elle est précieuse, il faut en prendre soin; en étant heureux, et en essayant de rendre les autres heureux."

Mais ça serait une erreur.

D'abord parce que ce discours, compliqué malgré mes efforts, ne ferait sans doute que la perturber - parler de la mort à un enfant est tellement plus simple quand on accepte d'avoir recours à la notion rassurante de Paradis !

Ensuite, parce qu'à son âge ce n'est que sur la base de la confiance qu'elle accepterait ma conception de l'Univers. Et mon attitude ne vaudrait pas mieux que celle d'un croyant qui inculque la religion à ses enfants.

En même temps, que faire si la maman de Lucy, chrétienne, ne partage pas les mêmes scrupules ?
Faut-il lui concéder la première manche, celle qui se joue dans l'enfance, d'autant plus que Lucy recevrait alors une réponse réconfortante lorsque la question de la mort arriverait sur le tapis ("ne t'inquiète pas Ma Puce, une vie meilleure, éternelle, nous attend au Ciel ") ?
Et revenir plus tard sur la probable inexistence de Dieu et du Paradis, lorsqu'elle sera en mesure d'exercer son esprit critique ?

Peut-être; mais cette attitude n'est éventuellement défendable qu'à condition que la religion de l'autre ne soit pas trop envahissante (c'est-à-dire qu'elle se limite au baptême, à la célébration de Noël, à la célébration de Pâques, et à une prière de temps en temps; sans aucun intérêt pour la Bible, la messe dominicale et les recommandations du Pape).

Alors ? Ce père a certainement dit et fait ce qu'il fallait. Sa réponse ne protègera pas Lucy de la religion de sa maman. Elle ne l'empêchera pas de croire au Paradis. Mais elle prépare le terrain à une discussion ultérieure plus sereine, à l'âge de raison.
Revenir en haut Aller en bas
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 36
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Re: Mercredi 10 Juin 2009   Mer 10 Juin - 23:10

Oui.
Il semble que notre position soit à la fois la plus facile et la plus compliquée à défendre.
La plus facile parce qu'elle se range du côté de la raison, de la logique et de l'apprentissage en son sens le plus noble. Nous nous refusons à l'endoctrinement, au profit de la réflexion personnelle et de la culture.
Mais la plus compliquée parce que ces choses sont hors de portée d'enfants de quatre ou cinq ans.
Comment expliquer la notion de mythe et de réalité à des enfants qui croient au Père Noël?
Moi-même, je croyais autant à Zeus, Athéna et les autres de dieux de l'Olympe qu'à Dieu ou au Père Noël. Pasparce qu'on m'avait endctriné (sauf pour Dieu), mais parce que, dans un monde où l'imaginaire est roi (ce qui permet de faire grandir l'enfant), les notions de vrai et de faux restent floues.

En outre, dire "Dieu n'existe pas, e sont des stupidités" tient effectivement de l'endoctrinement. L'enfant va se baser dessus, le croire, et ne jamais l'éprouver. Il sera athée, mais de la même manire qu'il aurait pu être croyant. Et où se trouvera sa réflexion? Noyée, perdue.
La seule chose que nous aurons réussie aura été de faire la même chose que des parents croyants.

Quelque part, je crois que je me fous que mes enfants soient croyants ou non. Mais qu'ils le soient en sachant pourquoi, en toute connaissance de cause. Qu'ils acceptent la négation, la critique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mercredi 10 Juin 2009   Jeu 11 Juin - 14:27

quinlan_vos a écrit:
Quelque part, je crois que je me fous que mes enfants soient croyants ou non

L'essentiel est évidemment qu'ils soient heureux, sans aller empiéter sur le bonheur de l'autre.

Mais je préfèrerais tout de même qu'ils le soient en aimant la vie terrestre et les plaisirs simples qu'elle offre, en ayant conscience de son caractère éphémère, en ayant conscience que l'Univers n'a pas eu besoin de Dieu pour être ce qu'il est.

Et que leur existence ne soit pas ternie par la peur de l'Enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mercredi 10 Juin 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mercredi 10 Juin 2009
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les photos et films sur Waterloo les 20 & 21 juin 2009
» Fusion DGCP et DGFIP - décret du 16 juin 2009 -
» Eclipse totale de Lune - mercredi 15 juin 2011
» Nouvelle mise à jour Forum Madariss [JUIN 2009]
» LES MEDICAMENTEURS Mardi 9 juin 2009 à 20.35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIBERTATHEE :: LIBERTATHEE :: L'Edito de la Semaine-
Sauter vers: