Pour la liberté et la promotion de l'athéisme, pour la sauvegarde de la raison contre les superstitions
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le climat, sources et débats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 35
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Le climat, sources et débats   Sam 12 Déc - 8:59

Alors que nous nous engluons dans les débats sur le climat -stériles, la plupart du temps - et les grands colloques qui, certes, inquiètent les gens, mais en plus provoquent une certaine hystérie collective.
Les médias se sont depuis longtemps emparé du "problème", avec un goût prononcé pour ce que l'on pourrait appeler "l'horreur climatique". Des films au catastrophisme éprouvé pleuvent sur nos écrans, du cinéphilique "Jour d'après" de Roland Emmerich à "Home" de Yann Arthus-Bertrand ou encore le "Syndrôme du Titanic" de Nicolas Hulot.
Entre des Verts et des groupements écologistes dont les visées sont autant écologistes qu'économiques, et des politiciens largement dévoués à leur propre cause, il existe une véritable "prise d'otage" de l'opinion publique.
Alors que toutes les incertitudes subsistent, on nous martèle en permanence que le réchauffement climatique est là, bien là, et qu'il est notre cause.
Mais, globalement, sur quelles données se basent les scientifiques du GIEC, par exemple, ou des divers centres d'études autour du monde?
Eh bien, celles-ci varient, parfois énormément, les unes des autres. Si les causes efficientes sont loin d'être prouvées, les chiffres semblent indiquer que quelque chose influe sur le climat. Alors que le volcanisme n'est pas beaucoup prit en compte (au repos, par exemple, l'Etna crache chaque jour 2500 tonnes de gaz à effet de serre, le Mt St Helens en a craché plusieurs millions de tonnes en 1981, etc.) et que d'autres données sont souvent trop aléatoires pour être prises en compte (gaz rejetés par certaines zones "chaudes"...), on peut se poser la question de la fiabilité des données.
Ainsi, j'ai reproduit ici le diagramme officiel actuel sur lequel se base actuellement une partie de l'Europe pour explorer le réchauffement climatique.


(Futura Science). Il s'agit ici de la courbe synthétique (acceptée après réunion) officielle du Giec, et qui est valable sur cinq ans, jusqu'en 2012. Chaque ligne de couleur représente la tendance pour une période donnée :
Jaune : 25 ans.
Orange : 50 ans
Bleue : 100 ans.
Rouge : 150 ans.

COmme l'a déjà annoncé le Giec, le réchauffement climatique est d'ors et déjà irréversible.
Etudions donc un peu - en novices (surtout moi) - ce que dit cette courbe.
Si l'on regarde la ligne rouge (qui court sur 150 ans), on voit une tendance de hausse linéaire depuis, au moins, 1850. Jusque là, tout va bien.
Ligne bleue (100 ans), une hausse légèrement intensifiée depuis 1900.
Si la hausse est encore accentuée sur les deux lignes, l'orange et la jaune.
Déduction simple : non seulement la terre se réchauffe, mais elle se réchauffe dep lus en plus vite.
Autre déduction, intuitive celle-là : la fin du XIXème siècle marque la révolution industrielle, avec une large utilisation des énergies fossiles, ce qui rejette des gaz à effet de serre.

Comment sont calculées les lignes de couleur?
Aucune idée, en réalité. Il ne semble pas que ces droites soignet basées sur des moyennes de températures, ce qui aurait pu être prit en compte à leur début et à leur fin. En fait, il s'agirait plus probablement de probabilités.
Autre élément troublant, que se passe-t-il si l'on fait la même chose, à peu près, en arrêtant la courbe à l'année, mettons, 1940?
Nous obtenons, simplement, le même type de courbe.

Au final, il semble que nous n'apprenions pas grand-chose de cette courbe. Certes, on voit que la température globale a augmenté depuis plus d'un siècle, et que nous nous tronvons sur un pic. Mais rien ne nous indique que ce ne soit pas simplement... un pic.
Autre chose : comment calcule-t-on ces données? Sans se départir du tableau, il apparait que cette courbe est légèrement aléatoire. En effet, selon les rapports-mêmes de l'ESA, il apparait que les études par satellite montrent une stagnation des tempérutes depuis au moins deux ans.
Au sujet du rapport-même du Giec, à présent. Celui-ci a été rédigé en collaboration avec 140 pays. Parmi eux, les Etats-Unis ont refusé de corroboer les hausses prévisionnelles du nombre de tempêtes au cours du siècle, et l'Arabie Saoudite a souhaité minimiser les chiffres prévisionnels, tandis que d'autres, comme la France, l'Allemagne ou l'Espagne, ont souhaité ne conserver que les chiffres les plus élevés.
Ce rapport, sur lequel est basée l'actuelle conférence de Copenhage, en plus de ses lectures aléatoire, semble donc bien être autant un rapport à visée politique (chaque pays y ayant inclu ses ambitions) que scientifique.
Enfin, le rapport ne remonte, au mieux, que sur 2000 ans. Les mille premières années ont connu une baisse globale e quelques degrés, et les mille suivantes une hausse. Il ne prend donc pas en tant que faits les précédentes hausses et baisses, parfois largement plus importantes et rapides.

Ainsi, bien que nous ne puissions généralement pas remettre en doute la hausse des températures en cours depuis plusieurs siècles, il apparaît que rien ne permet d'établir des prévisions fiables sur l'avenir, à partir des données du Giec.
La politique, l'absence de certains chiffres, le flou qui en entoure d'autres et l'absence de neutralité de certains chercheurs (pour raisons politiques et/ou d'idéologie écologiste) fait qu'elles sont donc à prendre au conditionnel.
Quoi qu'il en soit, alors qu'en 2001 il était question d'une hausse de océans de plus de six mètres (oui, oui), puis quatre mètres, elle est, selon, toujours, le Giec, actuellement rapportée à 68 cm, au maximum, tandis que la température globale n'augmentera probablement pas de plus de 1.1°C.

Il apparaît de plus en plus que, pour avoir des données fiables, il faut se tourner vers certains laboratoires et centres d'études indépendants, mais dont les chiffres ne dépassent que rarement la barrière médiatique.

Le site du GIEC / IPCC :
http://www.ipcc.ch/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 35
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Re: Le climat, sources et débats   Sam 12 Déc - 17:37

Petit addentum, que j'avais oublié ce matin :

Les chiffres officiels du GIEC donnent une probabilité de cause anthropique réelle d'environ 90%. Ce sont les chiffres avancés lorsque l'on en parle.
Seulement, nul ne semble savoir comment on peut arriver à ce chiffre. En outre, alors que les variables, déjà considérables, font des autres chiffres avancés des incertitudes, personne ne démord de ce chiffre (alors qu'il devrait varier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le climat, sources et débats
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lune : Objets éclairés ou sources lumineuses ?
» Débats d'idées sans détour : La religion rend-elle altruiste ?
» LES SOURCES DU LIVRE DE L'ISLAM
» Débats d'idées sans détour : OVNI-Quand l'armée enquête [1/5]
» le climat social en grece dégénère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIBERTATHEE :: FORUM :: Science-
Sauter vers: