Pour la liberté et la promotion de l'athéisme, pour la sauvegarde de la raison contre les superstitions
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lundi 15 Novembre 2009

Aller en bas 
AuteurMessage
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 35
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 16 Nov - 1:41

Qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je, se demande Marianne.
Cela fait maintenant deux semaines que l’ensemble du monde politique et médiatique Français se penche sur l’épineux débat proposé par Eric Besson (Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire) sur l’Identité Nationale fait… débat.
L’idée de départ est simple, en réalité : définir, essentiellement grâce à une série de questionnaires, ce qui définit la France et les Français. Une notion qui est demandée… aux Français eux-mêmes. En gros, pour vous, qu’est-ce qui fait que la France est les France?
"Ce grand débat doit favoriser la construction d'une vision mieux partagée de ce qu'est l'identité nationale aujourd'hui. Il doit aussi faire émerger, à partir des premières propositions mises en débat et des contributions des participants, des actions permettant de conforter notre identité nationale, et de réaffirmer les valeurs républicaines et la fierté d'être français"(1), annonce le Ministère.
Si, en l’état, cette idée n’a rien de particulière dramatique (en tout cas dans la France actuelle), les divergences d’opinion arrivent tout de même, de toutes les orientations politiques du pays. Il ne s’agit souvent, hélas, que d’opinions mal fondées destinées à enrayer l’UMP.
En réalité, beaucoup de gens sont dérangés et s’interrogent au sujet de cette notion. Que signifie être Français?
« être français, ce n’est rien de particulier. c’est comme d’être italien en Italie, allemand en Allemagne, espagnol en Espagne. quel manque de vision que de ne voir que l’aspect franco-français de la question. quel nombrilisme dans certaines contributions ! je vis en France, par hasard, parce que mes parents vivaient en France.
j’ai un grand père italien. s’il était resté en Italie, je serais italienne.
et alors française, italienne, quelle importance je serais fière de Garibaldi, au lieu de ... qui au fait (je ne vois pas de français de qui je pourrais être fière) j’aurais honte de Mussolini au lieu Napoléon ce débat n’a pas de sens. et n’a rien à voir avec les règles nécessaires pour l’immgration, si c’est la vraie question posée. »
« Le fait d’être Français (ou pas) dépend de critères définis par la loi. Il n’y a donc pas beaucoup de sens à demander aux gens ce que c’est "pour eux" d’être Français. Je suis Français parce que la loi française me définit comme Français, point. Tout le reste est subjectif et susceptible de récupérations politiques souvent douteuses. »(2)

En réalité, il semble que l’ambiance dans laquelle a été formulé le débat choque autant que le débat lui-même : loi sur le port de la burqa, affaire Jean Sarkozy, affaire Frédéric Mitterand, renvoi de trois Afghans par Eric Besson dans leur pays (la législation internationale interdit formellement de renvoyer des réfugiés dans un pays en guerre), etc.

Mais, finalement, qu’est-ce qu’être Français, une bonne fois pour toute? Avec cynisme, on pourrait dire que cela signifie être blanc, de droite, chrétien, un peu xénophobe, fan de foot, amateur de vin, moraliste envers les autres… Quelle fierté peut-on tirer à être Français, plutôt que Chinois, ou Anglais, ou Allemand?
Il est évident que ces questions sont posées à titre purement subjectif. Sans compter que, sur le site-même du sujet, debatidentitenationale.fr, les rumeurs courent : le Ministère censurerait tout ce qui n’est pas conforme aux volontés ministérielles. Et la presse s’y essaie : le Grand Journal, sur Canal +, a tenté durant trois jours de faire passer deux messages ; le premier contre Nicolas Sarkozy, le second pour. Le second est immédiatement passé, quand le premier n’a été diffusé qu’au bout du troisième jour, avec une note indiquant que c’était une blague de Canal +. Le quotidien 20 Minutes, également, s’y essaie, et constate que la modération est largement aléatoire, tandis que le site Rue89 et ses internautes crient au scandale.
Visiblement, le Ministère sait ce qu’il veut entendre, et s’y tient.
Autre point problématique : Outre les commentaires que chacun peut laisser sur le site du Ministère, le débat sera proposé partout en une série de questionnaires à choix multiples. Ors chacun sait à quel point ce genre de questionnaire peut être limité. Cela fait longtemps que les instituts de sondage utilisent les tournures de phrase et un nombre limité de réponses pour favoriser tel ou tel résultat. Est-il possible, ici, qu’il en soit de même?
Question-type :
- Quels sont les symboles de l’identité nationale ?
A/ Le drapeau bleu blanc rouge
B/ L’hymne national : La Marseillaise ?
C/ Marianne ?

La problématique, ici, est évidente ; est-ce que le symbole d’un pays fait l’attachement à ce symbole? Pour vivre en France, doit-on l’aimer pour tous ses aspects, ou peut-on avoir honte de certains d’entre eux? Devons-nous, comme d’autres, être fiers de Napoléon? Ou de Pétain?
Autre chose ; ce genre de débat risque fort de voir ressurgir un communautarisme et un enfermement nationalistes dont on sait - l’Allemagne d’Hitler en est un bon exemple - à quel point ils peuvent être dangereux.
Donner une raison d’aimer à tout prix son pays, même si ce n’est pas le cas, ressemble fortement à ces gens qui restent dans un couple sans amour. Certes, Nicolas Sarkozy l’avait dit (et Jean-Marie Le Pen avant lui) : « la France, soit on l’aime, soit on la quitte ». Réplique facile, manichéenne au possible, type « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi. »
On constate donc, visiblement, les limites de la séparation du monde en Etats. Serais-je plus fier d’être né en Alaska qu’en France? Certainement pas. Naître est déjà suffisant, une sorte de hasard (ou de probabilité réduite, en fait), comme si le fait de réussir à ce test de hasard - naître en France - devait valoir la gloire à ce même pays.

Qu’en est-il de nos valeurs? Avec cynisme, on pourrait déjà dire que les valeurs qui ornent nos mairies (liberté, égalité, fraternité) ne sont plus valables depuis longtemps. Ensuite, au vu des valeurs précédentes (travail, famille, patrie), on se rend compte que ces choses n’ont rien de pérenne. Ce sont des idéaux que l’on se forge au fil du temps, et qui varient période après période.
L’autre souci est que, voir un groupe politique s’approprier quelque chose d’aussi subjectif que les valeurs morales d’un Etat peut-être dangereux. La crainte, en effet, serait d’assister à une appropriation complète de ces idées, de les voir érigées en tant que dogme ou vérité ultime et, finalement, de stigmatiser tous ceux qui ne seraient pas d’accord avec ce parti politique, quel que soit le sujet.

Une dernière question tourne autour de ce débat, et de sa résultante. En effet ; qu’en fera le Gouvernement? Car l’identité nationale, au final, peut devenir une arme. Imaginons que, après décision, l’Etat décide qu’être Français signifie adhérer à certaines valeurs - voire à un certain idéal politique. Il n’est pas interdit d’imaginer qu’il s’en servira pour légitimiser l’accession à la nationalité ou la reconnaissance de certaines populations, sur ces seuls critères subjectifs, ce qui rejoint l’idée d’immigration positive énoncée par Nicolas Sarkozy il y a trois ou quatre ans.
En outre, cela pourrait également signifier homogénéiser un seul type de population. Un mode de pensée, une manière de voir le monde. Ceux qui - bien que Français - ne répondent pas à ces critères (ceux qui ne fantasment ni sur le drapeau tricolore, ni sur cette chanson sanglante qu’est la Marseillaise, par exemple) uniquement décidés par un Gouvernement en place seront-ils toujours Français? Que seront-ils donc?
Faut-il absolument lire et pleurer devant la lettre de Guy Môquet pour être Français? Jonnhy Halliday, exilé en Suisse pour raison fiscale, peut-il encore être considéré comme Français?
Et quid de la notion humaniste de la France? Renier ce que sont les gens pour les parquer tous selon un modèle unique, n’est-ce pas nier ce qu’est un pays?

Il est bien évident que nous n’en sommes pas là mais, à l’heure actuelle, nul ne semble savoir ce sur quoi débouchera ce débat voulu par le Gouvernement et Nicolas Sarkozy.
Ce qui est évident, en revanche, c’est qu’il peut amener au pire - la négation de l’humain au profit de l’Etat ou de la Patrie, comme c’était le cas sous Pétain.
La vigilance est donc de mise, et le débat ne semble pas prêt de s’arrêter



(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/11/02/le-debat-sur-l-identite-nationale-ouvert-sur-le-net-et-dans-les-prefectures_1261445_823448.html
(2) http://www.debatidentitenationale.fr/participation/pour-vous-qu-est-ce-qu-etre/




Greem / "Capacité cognitive hors du commun" / 11/09 - Autorisation : Greem
http://flaquedos.blogspot.com/search/label/flaque%20d%27os
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pakete

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 27/07/2009
Age : 37

MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 23 Nov - 2:47

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DementiaMagister

avatar

Messages : 793
Date d'inscription : 22/06/2009
Age : 34
Localisation : Bas rhin

MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 23 Nov - 10:13

SI celà devait arriver, je parle d'une vie extra terrestre, celà dynamiterai je pense nombre de religions engoncée dans leur anthropocentrisme primaire.

Enfin, esperons le.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
quinlan_vos
Admin
avatar

Messages : 1478
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 35
Localisation : FRANCE

MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 23 Nov - 11:48

Normalement, le fait que l'apparition de la vie dans l'univers soit un phénomène obligatoire (théorie vers laquelle on tend de plus en plus) devrait déjà les freiner ; ce n'est pas un miracle divin, tout au plus une banalité, et ça n'a rien de sâcré.
La science va leur apprendre le nihilisme, non mais. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pakete

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 27/07/2009
Age : 37

MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 23 Nov - 16:41

Je voulais surtout demander:

_ Vont-ils se concentrer sur la recherche ET elle même...

ou

_ Vont-ils plutôt se concentrer sur "l'adaptation théologique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël

avatar

Messages : 625
Date d'inscription : 20/07/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   Lun 23 Nov - 18:58

on nès dans un pays.......

on est tenu de se plier a ses règles sous peine de se faire arrêter .........

il est difficile de changer de pays .........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lundi 15 Novembre 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lundi 15 Novembre 2009
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LUNDI 2 NOVEMBRE 2009 : Commémoraison des fidèles défunts...
» « L’extra Super Lune » du lundi 14 novembre.
» Problème de novembre 2009
» Journée d'études sur le Discours de Ronsard le 20 novembre 2009 - Paris 13e.
» fête de Toussaint

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIBERTATHEE :: LIBERTATHEE :: L'Edito de la Semaine-
Sauter vers: